Quantiquité : Logoï

La minia­tu­ri­sa­tion des com­po­sants élec­tro­niques per­met de pla­cer des ordi­na­teurs par­tout, par­ti­cu­liè­re­ment dans le corps. Le cablage du cer­veau per­met d’utiliser plus de res­sources et par­ti­cu­liè­re­ment des logoï (pro­grammes) pou­vant être appe­lé par le por­teur.

Les pro­grammes uti­lisent une par­tie des 70% de matière grise dite “ inutile ”. Il sont auto­nomes et ne para­lysent pas les pen­sées conscientes.

Quelques logoï cou­rants :

  • Réalité aug­men­tée : super­po­si­tion à la vision d’informations (plan de la ville, per­sonnes à ren­con­trer par com­pa­rai­son pho­to­gra­phique, …)
  • Filtrage sen­so­riel : retrai­te­ment direct des infor­ma­tions reçues par le cer­veau et iso­la­tion d’une par­tie du spectre lumi­neux ou sonore…
  • Interface réseau : pour se connec­ter réseau des réseaux, mes­sa­ge­rie et dis­cus­sion
  • Protection anti­vi­rus et fire­wall, cryp­to­gra­phie… oui on peut se faire hacker la cer­velle
  • Interface avec un véhi­cule
  • Interface mili­taire (avec une uni­té de com­bat)
  • Machine vir­tuelle pour faire faire des trai­te­ments (tri, com­pa­rai­son de don­nées, cal­culs sta­tis­tiques, etc…)
  • Assistant per­son­nel (agen­da, car­net d’adresse…)
  • Localisation (voir tous les por­teurs de Logoi, réser­vé aux forces de l’ordre)
  • Comportement : du “ sang-froid arti­fi­ciel ” jusqu’au lavage de cer­veau

Les logoï, uti­li­sant phy­si­que­ment les cel­lules de son por­teur sont moins sen­sibles à l’effet EMP que l’informatique tra­di­tion­nelle.