Quantiquité : Portes d’Hermès

Les portes forment le mode de trans­port le plus sûr entre 2 pla­nètes qu’ils relient un très bref ins­tant pour créer un tun­nel spa­tio-tem­po­rel trou noir / trou de ver.

Principe

La matière trans­por­tée doit être conver­tie en éner­gie pour pou­voir être impul­sée dans le por­tail créé et est envoyée par télé­por­ta­tion quan­tique avec le code de la séquence de conver­sion. C’est un peu comme si le sujet était démon­té, envoyé en kit par le por­tail avec le plan de mon­tage. La rigueur du codage/décodage quan­tique assure que le sujet est cor­rec­te­ment recons­truit de l’autre coté. La fabu­leuse quan­ti­té d’énergie requise pour le pro­cé­dé est prise par anti­ci­pa­tion sur la mise en rela­tion du champ gra­vi­ta­tion­nel des 2 pla­nètes. Ce para­doxe (il faut mettre d’abord en rela­tion les 2 pla­nètes pour en tirer de l’énergie et non l’inverse), fait dire que l’énergie est en quelque sorte “ déro­bée au futur ” et qu’une telle tech­nique ne pou­vait venir que d’Hermès. Pour que la rela­tion fonc­tionne, il faut que les 2 pla­nètes aient un champ gra­vi­ta­tion­nel simi­laire. Ce qui explique le maillage des portes sur des pla­nètes sen­si­ble­ment com­pa­rables à Gaïa… et le fait que cer­taines pla­nètes ne res­tent acces­sibles que par Ouranef. C’est d’Hermès lui-même que les stoï­ciens (tech­no­prêtres affec­tés au contrôle des portes) tirent leur savoir.

Utilisation

Un porte se pré­sente sous la forme d’un gouffre cir­cu­laire de plu­sieurs dizaines de mètres de rayon et dont le bord démarre en pente douce. Le voya­geur marche jusqu’à tom­ber. Le pro­ces­sus de trans­port démarre pour le recom­po­ser de l’autre coté. Si sub­jec­ti­ve­ment, le voyage semble ins­tan­ta­né il n’en est rien : la décom­po­si­tion et la recom­po­si­tion prennent une semaine en géné­ral s’il n’y a pas de file d’attente trop impor­tante à un point ou un autre. Il est pos­sible de se ser­vir de portes comme relais et donc, relier 2 poleis très loin­taines prend à peine plus de temps que pour 2 poleis voi­sines. Il faut tou­te­fois obte­nir les auto­ri­sa­tions de relais sans quoi l’infortuné voya­gé se retrouve maté­ria­li­sé au der­nier point de relais lui étant auto­ri­sé. Une porte est diri­gée vers une seule des­ti­na­tion rela­ti­ve­ment proche bien que celle-ci soit recon­fi­gu­rable, tâche qui prend un mois.

Sécurité

Une polis a rare­ment plus de trois portes. Chaque porte est équi­pée d’un sys­tème de filtre qui étu­die la nature du char­ge­ment et per­met de gérer les flux de matière sans tou­te­fois jamais fer­mer la porte. Avant trans­port, un mes­sage de confir­ma­tion par télé­por­ta­tion quan­tique est envoyé. Ce méca­nisme peut natu­rel­le­ment être pira­té mais cela n’est pas à la por­tée du pre­mier venu. Ulysse, aurait réus­si à faire ouvrir la porte de Troie grâce un pro­gramme dédié à Poséïdon et dont le concept est deve­nu célèbre : le che­val de Troie. Les portes d’Hermès appar­tiennent au Dieu épo­nyme. Les endom­ma­ger ou même les fer­mer, c’est aller contre son auto­ri­té. La der­nières polis a l’avoir ten­té est aujourd’hui une “ île ” seule­ment acces­sible par oura­nef… sans par­ler de ses étranges pro­blèmes de famine et d’instabilité tec­to­nique.