Quantiquité : Bouclier Quantique

C’est par cet élé­ment essen­tiel que com­mence la pré­sen­ta­tion de l’u­ni­vers de Quantiquité.

Un objet inani­mé ou un être non doué de conscience est natu­rel­le­ment éta­lé. C’est à dire qu’il se trouve dans plu­sieurs états quan­tiques pos­sibles (posi­tion, direc­tion, vitesse, etc.) tra­duit en méca­nique quan­tique par une fonc­tion d’onde.

Tout obser­va­teur conscient crée d’une part un sys­tème quan­tique c’est à dire qu’il éta­blit un lien entre lui et ce qu’il observe mais en plus fait, incons­cie­ment un choix entre tous les états quan­tiques pos­sibles : il réduit la fonc­tion d’onde en un résul­tat dis­cret.

Dans cette défi­ni­tion de la conscience, les lec­teurs de Greg Egan auront recon­nu le pos­tu­lat d’Isolation.

Les humains réduisent donc en per­ma­nence et détruisent un nombre infi­ni de pos­sibles.

C’est pré­ci­se­ment ce qu’empèche un champ-bou­clier quan­tique acti­vé : il per­met à son por­teur de res­ter éta­lé dans cer­taines limites. Dès lors, un objet inani­mé le pren­nant pour cible étant inca­pable de choi­sir un état quan­tique par­ti­cu­lier pas­se­ra donc à tra­vers lui par effet tun­nel.

Pour contour­ner cette pro­tec­tion, il faut une conscience, un obser­va­teur : soit par une attaque de mélée (le sys­tème cible, arme, atta­quant per­met à ce der­nier de réduire le paquet d’ondes et de trou­ver sa cible à tra­vers le bou­clier) soit à dis­tance mais avec un sui­vi du pro­jec­tile (camé­ra embar­quée).

Physiquement, un bou­clier quan­tique actif drappe son por­teur d’un nuage de répliques floues de lui-même. On devine sa posi­tion ou même des détails ves­ti­men­taires simples (cou­leurs, formes) mais il est dif­fi­cile de dire pré­ci­sé­ment où se trouve son bras, sa tête ou sa jambe.

L’avènement de cette tech­no­lo­gie a donc mar­qué le retour en force du corps à corps et l’a­dap­ta­tion du com­bat à dis­tance. En effet les cadences de feu sont ralen­ties, le tireur devant suivre son pro­jec­tiles jus­qu’à la cible.

Aussi puis­sant soit-il, un bou­clier a tou­te­fois quelques limites :

  • Une fois contrée, la pro­tec­tion de champ quan­tique ne sert plus à rien : elle n’at­té­nue en rien les coups comme le ferait une pro­tec­tion clas­sique, même trans­per­cée. La tenue de hoplite inclue donc bou­clier, cui­rasse, casque, jam­bières, etc.
  • Il y a un rap­port de masse entre le sujet pro­té­gé et la taille du pro­jec­tile contré. Newton reprend ses droits avec des objets mas­sifs (1 m³ pour un humain adulte) qui, s’ils ne trans­percent pas le bou­clier, le per­cutent et pro­jettent son por­teur ce qui revient à peut pres au même en terme de dégâts… vive l’ar­tille­rie.

Le com­bat­tant n’est pas le seul sup­port pos­sible pour un bou­clier quan­tique. Engins (Chars) et vais­seaux spa­tiaux (Ouranefs) en sont équi­pés. Pour les atteindres, les pro­jec­tiles doivent impé­ra­ti­ve­ment être télé­gui­dés. On ne s’é­tonne plus guère alors de voir dis­per­sée sur les champs de bataille de la fumée et des leurres ther­mo-optiques…